Un peu par opportunisme (j’ai cru comprendre que ça se faisait ici ou), un peu par manque de temps (ou plus précisément, de temps consacré à autre chose), et beaucoup en raison de l’intérêt que je porte aux questions qu’elle aborde,  je prête mon blog à Marie qui parlera tant qu’elle voudra de bibliométrie, de relations BU-chercheurs et autres joyeusetés.

Avec un peu de chance, ce sera aussi l’occasion de me motiver à publier les brouillons qui s’entassent. Enfin, au moins jusqu’au 16 avril.